Productivité

Trois façons de vous adapter et prendre votre vie en main

L’incertitude est la nouvelle norme

Vous êtes-vous senti à bout de nerfs ces derniers temps ? Comme si le monde était incontrôlable, et que chaque année qui passe devenait plus instable que la précédente ?

Dans ce monde qui évolue à toute allure et où la technologie est omniprésente, beaucoup d’entre nous se sentent dépassés, même lorsque tout va bien. Ajoutez une pandémie mondiale, des perturbations économiques massives, des troubles sociaux et la menace imminente du changement climatique, et cela suffit à faire perdre le sommeil à quiconque.

Même sans catastrophe supplémentaire, on peut facilement voir que le changement s’accélère. Dès 1987, le U.S. Army War College définissait un état appelé VUCA (abréviation de volatilité, incertitude, complexité et ambiguïté) comme une nouvelle norme émergente. Nous pouvons le constater tous les jours, du rythme effréné auquel avancent les nouvelles technologies et l’automatisation, aux changements considérables qu’ont subi nos méthodes et lieux de travail. La vie, semble-t-il, est bel et bien un flux continu.

Donc s’il vous arrive de vous sentir anxieux ou perdu, c’est normal. Ce n’est pas le signe d’un échec de votre part. Et la bonne nouvelle, c’est que c’est réparable.

Vous ne pouvez pas toujours savoir de quoi demain sera fait, mais vous pouvez contrôler la façon dont vous réagissez au changement. Allez-vous patauger et vous noyer, ou allez-vous trouver un terrain stable et profiter de nouvelles opportunités ? Votre capacité d’adaptation, votre résilience et votre intelligence émotionnelle pourraient bien faire pencher la balance en votre faveur.

Que signifie vraiment l’adaptabilité ?

Être adaptable ne signifie pas « se laisser porter par le courant » et partir à la dérive. Andrew J. Martin, de l’Université de New South Wales, nous propose une meilleure définition, dans laquelle il a identifié trois composantes de l’adaptabilité :

  • Ajuster vos pensées et votre raisonnement en réponse au changement,
  • Gérer vos réponses émotionnelles positives et négatives au changement, et
  • Modifier la façon dont vous réagissez au changement.

La véritable adaptabilité commence par une pensée rationnelle et se conclut par une action délibérée. C’est un état d’esprit axé sur l’évolution : une compréhension de la façon de s’adapter au changement que tout le monde peut cultiver via une réflexion personnelle, une pensée créative et une pratique intentionnelle.

Soyez prêt à toute éventualité : votre boîte à outils d’adaptabilité

Comme l’a expliqué Jennifer Jones dans une conférence TED de 2017, « nous perdons la capacité de nous adapter parce que nous ne prenons pas le soin ni le temps de nous préparer et de progresser. Nous passons d’un changement à un autre, en réagissant à chaud, sans penser à notre stratégie à long terme ».

Voici trois ensembles d’outils spécifiques que vous pouvez utiliser dès maintenant pour élaborer cette stratégie, développer votre capacité d’adaptation et faire face aux changements, si effrayants puissent-ils être :

1. Suivez l’étoile polaire

Nous avons déjà expliqué pourquoi il est important d’avoir des objectifs, et comment atteindre ces objectifs nécessite des plans précis et réalistes. Mais dans un monde en constante évolution, vos objectifs et vos plans peuvent devenir obsolètes du jour au lendemain. Que se passe-t-il alors ?

Pour répondre à cette question, imaginez que quelqu’un vous abandonne dans un endroit inconnu, au milieu de nulle part. Comment retrouveriez-vous votre chemin ? Tout d’abord, vous devez trouver de quel côté se trouve le nord.

Pour devenir plus adaptable, vous avez besoin d’objectifs suffisamment grands pour offrir un vrai Nord à votre vie. Vous avez également besoin de vous connaître suffisamment vous-même pour dessiner une carte et déterminer où vous vous situez par rapport à ces objectifs.

Passez à l’action :

  • Trouvez votre étoile polaire. Posez-vous ces questions : quel est mon objectif personnel ou professionnel ? Qu’est-ce qui me fait me sentir épanoui en tant qu’être humain ? Quelles parties de moi sont si fondamentales qu’aucun changement externe ne peut les détruire ? Notez vos réponses.
  • Identifiez vos points de repère. Quels talents, compétences ou expérience avez-vous actuellement que peu d’autres personnes possèdent ? Vous maîtrisez JavaScript ? Vous avez un talent inné pour la pâtisserie ? Une connaissance encyclopédique de Marvel Comics ? Faites l’inventaire, et mettez tout par écrit ; ne soyez pas timide.
  • Dessinez une carte. Créer une carte de vie vous aide à relier les points entre vos objectifs et votre situation actuelle. Prenez du papier et des feutres, et vous aurez terminé en une heure.
  • Décomposez vos plans. Une fois que vous avez une vue d’ensemble, consolidez vos plans en les décomposant en étapes à court, moyen et long terme. Faites des plans détaillés pour la semaine ou les deux prochaines, définissez les étapes générales pour les prochains mois et limitez le long terme à un ou deux principes fondamentaux.

Conservez toutes ces notes dans Evernote. Relisez-les chaque fois que vous vous sentez angoissé ou à la dérive. Elles vous reconnecteront aux choses qui comptent le plus, afin que vous puissiez aller de l’avant.

2. Agrandissez votre zone de confort

S’adapter au changement est difficile si vous êtes coincé dans un schéma habituel. Nous restons dans notre zone de confort parce que c’est rassurant et prévisible, mais cela nous empêche également d’avancer. Nous sommes à l’aise avec ce que nous connaissons, mais il en faut plus pour apprendre et progresser.

À l’extérieur de la zone de confort, les choses peuvent devenir effrayantes. Lorsque notre situation change trop ou trop vite, notre zone de confort peut disparaître avec elle, nous laissant dans une « zone rouge » d’anxiété et de panique. C’est là que nos instincts de lutte ou de fuite prennent le dessus. Passer en mode réflexe est une compétence de survie utile face à un tigre déchaîné, mais pas tant lorsqu’il s’agit d’adapter nos vies et nos entreprises à la distanciation sociale ou à l’évolution des forces du marché.

Three concentric circle representing the Comfort Zone, Learning Zone, and Panic Zone.

Heureusement, vous n’avez pas à choisir entre le confort et la panique. Il existe une troisième zone entre les deux, la zone d’apprentissage, où nous devenons plus adaptables. Nous entrons dans cette zone lorsque nous nous ouvrons à de nouvelles idées, faisons preuve de créativité ou développons de nouvelles compétences. Plus vous passez de temps dans la zone d’apprentissage, plus vous découvrirez de possibilités alternatives. Finalement, votre zone de confort s’agrandit et votre zone de panique se rétrécit.

Passez à l’action :

  • Libérez votre curiosité. Ouvrez-vous à de nouvelles idées et influences. Lisez des livres dans des catégories que vous ne choisiriez pas normalement et notez vos réactions. Élargissez votre bulle de médias sociaux pour inclure des experts de votre domaine (et au-delà !). Brisez votre routine quotidienne et essayez de nouvelles expériences.
  • Enrichissez vos compétences. Étendez vos horizons en développant des compétences complémentaires à celles que vous possédez déjà. Si vous aimez la photographie numérique, la prise de vue en noir et blanc peut vous apprendre à ralentir et à considérer un sujet avec un œil neuf. Si vous maîtrisez la programmation informatique, suivre un cours de conception peut vous permettre de mieux comprendre comment les autres interagissent avec votre travail.
  • Faites travailler votre créativité. Vous ne vous considérez peut-être pas comme quelqu’un de créatif, mais vous l’êtes vraiment. L’écriture, l’art, l’improvisation et la musique sont des moyens puissants d’améliorer l’agilité mentale. Et de plus en plus d’études montrent que la créativité peut littéralement reprogrammer votre cerveau. Plutôt cool, non ?
  • Gardez vos sources d’inspiration à portée de main. Vous tombez chaque jour sur des idées, des images et des articles intéressants. Des choses qui peuvent ne pas sembler s’appliquer à votre vie maintenant, mais qui pourraient être utiles plus tard. Ne les laissez pas filer ! Un carnet de pensées ou un recueil d’idées dans Evernote peut devenir une source infinie d’inspiration. Parcourez-le chaque fois que vous êtes coincé pour trouver de nouvelles solutions, la réponse se trouve peut-être déjà dans vos notes.

3. Apprenez de vos erreurs, et de vos succès

Jusqu’à présent, vous avez jeté les bases d’une version plus adaptable de vous-même. Vous avez une carte pour vous orienter. Vous avez élargi votre zone de confort, de sorte que l’inconnu vous semble moins menaçant. La prochaine étape consiste à intégrer la flexibilité à votre routine. Rappelez-vous que s’adapter ne se résume pas à suivre le courant, c’est un état d’esprit entretenu par une pratique constante.

Cela signifie que vous devez avoir davantage conscience de vous-même, et être prêt à vous livrer à une critique honnête et constructive. Prenez l’habitude d’enregistrer vos progrès. Concentrez-vous sur ce qui fonctionne, jetez le reste et cherchez de nouvelles alternatives.

Passez à l’action :

  • Enregistrez votre vie. Tenir un journal est un excellent moyen de suivre et de comprendre votre état émotionnel. Un journal peut vous aider à identifier les facteurs de stress, à évaluer vos réactions et à surmonter vos problèmes et vos peurs. Tout cela compte lorsque vous devez faire face à une situation difficile.
  • Cataloguez vos échecs. Cela peut sembler être le moyen idéal pour perdre toute estime de soi, mais un journal d’échecs est en réalité un puissant outil de croissance personnelle. Identifiez les raisons spécifiques pour lesquelles les choses n’ont pas fonctionné. Avez-vous besoin de davantage de formation ? D’un meilleur plan ? De plus de soutien de la part de vos collègues ? Comment pouvez-vous mieux vous préparer à la prochaine tentative ? Ce qui est important ce n’est pas que vous vous êtes trompé, mais que vous pouvez vous améliorer.
  • Soyez fier de vous. Revoir vos échecs peut générer un lourd fardeau émotionnel, assurez-vous donc de compenser le négatif par du positif. Notez vos petites victoires et tous les efforts que vous faites pour accompagner votre développement personnel : vos lectures, vos cours, vos séances d’entraînement et vos sorties créatives. Envisagez de commencer un journal de gratitude ou une liste d’accomplissements pour vous rappeler tout ce qui va bien. Il y en a probablement plus que vous ne le pensez.

Rembobinez, repensez et recommencez

Notre dernier conseil est le plus simple : prévoyez du temps chaque semaine pour voir comment les choses se passent. Considérez ce rendez-vous avec vous-même comme sacré, car c’est là que tout se rejoint.

En parcourant votre journal, demandez-vous ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Quelles nouvelles idées avez-vous ajoutées à votre carnet d’inspiration qui pourraient vous rapprocher des objectifs de votre carte de vie ? Quel projet ou quelle compétence devriez-vous développer ensuite ?

Il est parfois facile de s’adapter. Si la pandémie a gâché votre projet d’aller à la gym trois jours par semaine, vous pouvez toujours vous entraîner à la maison. Certains défis sont beaucoup plus difficiles à relever, mais il existe toujours des solutions. Si vous avez perdu votre emploi, par exemple, profitez-en pour faire le point. Utilisez votre bilan, votre carte de vie et vos compétences créatives pour réfléchir à de nouvelles opportunités : vous pourriez vous mettre à votre compte, établir des partenariats dans le cadre d’un soutien mutuel ou encore changer de carrière.

Lorsque vous envisagez vos options, cherchez les connexions inattendues. Pratiquez la pensée divergente et convergente pour réfléchir à autant d’idées que possible et sélectionner les meilleures. Par-dessus tout, concentrez-vous sur les solutions plutôt que sur les problèmes. Ajustez vos perspectives, changez votre comportement et attendez de voir ce que l’avenir vous réserve.

Organisez votre travail et mettez de l'ordre dans votre vie avec Evernote.

Inscrivez-vous gratuitement